Interview du Pape

J’ai lu avec minutie l’interview exclusive du pape François du 9 octobre 2015 dans Paris Match.

Rien, absolument rien je n’ai appris. Bien au contraire, il n’a fait que réconforter mes pensées concernant les cultes ici bas et principalement celui dont il fait parti. J’en conclu donc que tout cela est une mascarade, une mise en scène à dessein et rien d’autre qu’une vulgaire illusion. Sur les dix neuf questions posées, sept  j’en ai sélectionné et voici ce qu’il en est de la réalité. 

Pourquoi vous, Argentin, nourrissez-vous une telle dévotion envers une de nos saintes les plus populaires ?

C’est l’une des saintes qui nous parlent le plus de la grâce de Dieu. Comment Dieu prend soin de nous, nous tient par la main et nous permet d’escalader facilement la montagne de la vie. A condition de nous abandonner entièrement à Lui, de nous laisser « transporter » par Lui. La petite Thérèse avait compris au fil de son existence que c’est l’amour, l’amour réconciliateur de Jésus, qui entraîne les membres de son Eglise. Voilà ce que Thérèse de Lisieux m’a appris. J’aime aussi ses propos contre “l’esprit de curiosité” et les ragots. Souvent je lui demande, à elle qui s’est laissé simplement soutenir et transporter par la main du Seigneur, de prendre dans ses mains un problème auquel je suis confronté, une question dont je mesure mal l’issue, un voyage que je dois affronter. Alors je l’implore d’accepter d’en prendre soin, de s’en charger et de m’envoyer comme signe une rose. D’ailleurs bien souvent il m’est arrivé d’en recevoir une… 

Ex : « c’est l’une des saintes qui nous parlent le plus de la grâce de Dieu.» Il n’a pas lu la Bible, ou alors, il a été forcé, pire encore, par intérêt qu’il ait pu dire une telle ânerie. Mais je n’y crois pas, on dit de lui qu’il est incorruptible et extrêmement avisé. Comme bien même, ça reste une connerie et ça…! Il implore aussi, Thérèse de Lisieux de lui envoyer comme signe une rose pour des problèmes auxquels il est confronté. Comme c’est mignon ! Où est sa foi en Dieu ?                                                                                                                     

Vous êtes le Pape d’une époque confrontée à de vastes dérèglements climatiques. Quel sera votre message pour la Conférence internationale de Paris sur le climat ? 

Le chrétien est enclin au réalisme, non au catastrophisme. Néanmoins, justement pour cela, nous ne pouvons nous cacher une évidence : le système mondial actuel est insoutenable. J’espère vraiment que ce sommet pourra contribuer à des choix concrets, partagés et visant, pour le bien commun, le long terme. Y contribuent de nouvelles modalités de développement afin que tant de femmes, d’hommes et d’enfants souffrant de la faim, de l’exploitation, des guerres, du chômage, puissent vivre et grandir dignement. Y contribuent de nouvelles modalités pour mettre fin à l’exploitation de notre planète. Notre maison commune est polluée, elle ne cesse de se détériorer. On a besoin de l’engagement de tous. Nous devons protéger l’homme de sa propre destruction.

Comment faire ? 


L’humanité doit renoncer à idolâtrer l’argent et doit replacer au centre la personne humaine, sa dignité, le bien commun, le futur des générations qui peupleront la Terre après nous. Sinon, nos descendants seront contraints de vivre sur une accumulation de décombres et de saletés.

Il nous faut cultiver et protéger le don qui nous a été fait et non l’exploiter de façon irresponsable. Il nous faut prendre soin de ceux qui n’ont même pas le minimum nécessaire et commencer à entreprendre les réformes structurelles qui favorisent un monde plus juste. Renoncer à l’égoïsme et à l’avidité pour que tous vivent un peu mieux. 

Exodus : Un constat que toute personne sensée, si elle était interrogée aurait pu dire. Une chose néanmoins m’interpelle, « l’idolâtrie de l’argent. » Le Vatican, est le siège de l’église romaine, ce lieu si prestigieux possède dans ses coffres une trésorerie qui fait pâlir les banquiers du monde entier. Aussi, il est le plus gros propriétaire terrien du globe. Ma question est celle-ci : quelle est justement la contribution de l’église pour venir en aide à ces hommes, ces femmes et ces enfants qui fuient la famine, les guerres et l’exploitation ? L’église catholique idolâtre les icônes (images, statues), alors que Dieu l’interdit.                                                                

La Nasa a annoncé, en juillet dernier, la découverte d’une planète de taille terrestre, Kepler-452 b, qui ressemble à la Terre. Y aurait-il ailleurs d’autres êtres pensants ? 

A vrai dire, je ne sais comment vous répondre : jusqu’à présent, les connaissances scientifiques ont toujours exclu qu’il y ait dans l’Univers des traces d’autres êtres pensants. Cela dit, jusqu’à la découverte de l’Amérique, on n’imaginait pas qu’elle existait et pourtant elle existait ! Je crois en tout cas qu’il faut s’en tenir à la parole des savants, en étant cependant toujours conscients que le Créateur est infiniment plus grand que nos connaissances. Ce dont je suis certain, c’est que l’Univers et le monde dans lesquels nous habitons ne sont pas le fruit du hasard, du chaos, mais celui d’une intelligence divine, de l’amour d’un Dieu qui nous aime, nous a créés, nous a voulus et ne nous laisse jamais seuls. Ce dont je suis certain, c’est que Jésus-Christ, le fils de Dieu, s’est incarné, est mort sur la Croix pour nous sauver du péché, nous, les hommes, et qu’il est ressuscité en vainquant la mort.

Ex : Il dit « avant la découverte de l’Amérique on imaginait pas qu’elle existait et pourtant elle existait. » Et rajoute « qu’il faut s’en tenir aux paroles des savants. C’est le pape, le père spirituel de l’église universelle qui dit cela. Il va même jusqu’à ignorer que Dieu et les anges sont des êtres pensants. Alors que Dieu fait savoir, mise à par Lui, les êtres célestes et les êtres humains, il n’existe aucune autre vie ailleurs. C’est écrit ! Pour finir, il avoue qu’il accorde plus d’importance aux paroles des savants qu’à celle de Dieu, même, si il fait de son mieux pour maquiller sa conclusion.

Croyez-vous que des pays comme la France, qui accueille nombre de chrétiens, pourront un jour aider ces communautés d’Orient menacées par l’islamisme à rentrer chez elles ? 

Il est en train de se passer sous nos yeux à tous une tragédie humanitaire qui nous interpelle. Pour nous, chrétiens, les paroles de Jésus, qui nous a invités à le voir dans les pauvres et les étrangers appelant à l’aide, restent un commandement. Il nous a enseigné que chaque geste de solidarité envers eux est un geste envers lui. Mais dans votre question, vous abordez aussi un autre sujet très important : nous ne pouvons pas nous résigner à ce que ces communautés, aujourd’hui minoritaires au Moyen-Orient, soient contraintes d’abandonner leurs maisons, leurs terres, leurs tâches quotidiennes. Ces chrétiens sont citoyens de plein droit de leur pays, ils y sont présents comme disciples de Jésus depuis deux mille ans, totalement insérés dans la culture et l’histoire de leur peuple. Face à l’urgence, nous avons le devoir humain et chrétien d’agir. Nous ne pouvons cependant oublier les causes qui ont provoqué cela, faire comme si elles n’existaient pas. Demandons-nous pourquoi tant de gens fuient, pourquoi tant de guerres et tant de violences. N’oublions pas qui fomente la haine et la violence, et également qui spécule sur les guerres, tels les trafiquants d’armes. N’oublions pas non plus l’hypocrisie de ces puissants de la terre qui parlent de paix mais qui, en sous-main, vendent des armes.

Ex : Blablablabla…., ce n’est ni plus ni moins qu’un raisonnement démagogique que l’on entend de la bouche des politiques sur toutes les chaines de télévisions et ondes radios et rien d’autre. Concernant « L’hypocrisie de ces puissants de la terre…., » il ne semble guère, lui, gêné d’être photographié en leur compagnie, de manger et de boire à leur table. Comme imitateur de Christ-Jésus, c’est un zéro point T.  

Comment faites-vous pour garder votre simplicité jésuite après avoir dit, à Manille, une messe devant 7 millions de fidèles et des centaines de millions de téléspectateurs ? 

Lorsqu’un prêtre célèbre la messe, il est bien sûr devant les fidèles mais d’abord face au Seigneur. Par ailleurs, plus on se tient devant des foules, plus il faut être conscient de notre petitesse et du fait que nous sommes des “serviteurs inutiles”, comme Jésus nous le demande. Chaque jour, j’implore la grâce de pouvoir être celui qui renvoie à la présence de Jésus, d’être le témoin de sa miséricorde quand il nous serre dans ses bras. C’est pourquoi, à chaque fois que j’entends “Vive le Pape !”, j’invite les fidèles à crier “Vive Jésus !” . Quand il était cardinal, Albino Luciani [futur Jean-Paul Ier], face aux applaudissements, observait finement : “Croyez-vous que le petit âne sur lequel Jésus est entré dans Jérusalem ait pu penser que les ‘hosanna’ de la foule lui étaient adressés ?” C’est ainsi que le Pape, les évêques, les prêtres tiendront la promesse de remplir leur mission s’ils savent être comme ce petit âne et aident à mettre en lumière le vrai Protagoniste en gardant toujours à l’esprit qu’aux “hosanna” d’aujourd’hui peuvent succéder demain les “crucifie-le”. 

Ex : « Des serviteurs inutiles comme Jésus nous le demande » J’ignore à quel moment dans les Evangiles, Jésus dit cela à ses disciples. Quoiqu’il en soit, lui et ses subordonnés le sont certainement aux yeux du Seigneur, en tant qu’apostats. Là où il fait fort, c’est lorsqu’il rajoute, qu’il est lui et ses sbires, « comme ce petit âne.» Se comparer à un âne, pourquoi pas vu les âneries qu’il raconte !  Dieu compare ses enfants à des ouailles. C’est une tout autre image qui n’a rien avoir avec celle d’un âne. Enfin bref !  Pour identifier les gentils et les mauvais, Jésus disait « à ma droite seront les brebis à ma gauche seront les chèvres. » Et de quel Protagoniste fait-il allusion, de Jésus-Christ ou de Satan ? Là encore il n’est pas clair, surtout de la manière qu’il termine sa phrase.

Vous connaissez sûrement la chanson de Béranger, un auteur français du XIXe siècle, sur les jésuites : “Hommes noirs, d’où sortez-vous ? / Nous sortons de dessous terre. / Moitié renards, moitié loups, / Notre règle est un mystère. / Nous sommes fils de Loyola.” 

C’est vraiment audacieux d’écrire cela ! Et peut-être même astucieux…[Le pape François rit.]

Ex : Il rit, parce qu’il n’est pas né de la dernière pluie. Symboliquement cette chanson est loin d’être innocente. Elle peut signifier : que dessous terre, là est le shéol, lieu où sont les morts. Concernant le renard, il est malin, signe distinctif du Malin. Quant au loup, il est féroce, il tapi dans l’ombre. Ce qui voudrait dire, que les Jésuites seraient à moitié renards et à moitié loups ? Est-ce cela, le mystère des fils d’Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre des Jésuites ? Si tel est le cas ? Alors tout t’es dit !

Lui et ses prédécesseurs, qu’ont-ils fait d’extraordinaire qu’un homme, une femme de bonne volonté n’aurait pas fait, pour idolâtrer à ce point le pontificat ?

L’origine, l’histoire et l’actualité contemporaine de l’église romaine, n’est pas suffisamment parlante ? Ne voyez vous pas l’imposture ? Pourtant les réponses faites part ce dernier sont loin d’êtres représentatifs de celles d’un apôtre ou d’un esprit charismatique, mais plutôt celles d’un apostat.

Ne soyez pas crédule aux paroles des faux docteurs, incrédule à la Parole de Dieu. Allez de vous même vérifier les Ecritures Saintes et comparer à l’enseignement qu’il vous a été donné. Ne vous laissez pas entrainer dans l’égarement et ne vous fiez pas aux apparences, l’habit ne fait pas le moine. Qui plus est, qu’avez vous à craindre mis à par d’apprendre et de vous épanouir dans la Parole de Dieu. Suis-je entrain de vous réclamer de l’argent pour un abonnement, de me suivre dans un quelconque délire ? Non ! Je vous demande simplement de raisonner de par vous même si vous vous dites, chrétiens.

Le jour du Sabbat

Question à un enseignant de l’église évangélique : 

Le chrétien fait-il la volonté de Dieu ?

En Ex 20:8, le 7e jour, jour du sabbat, se trouve être le samedi dans la tradition biblique. Si nous respectons les 10 commandements, n'est-ce pas ce jour que Dieu a sanctifié, béni et consacré et non le dimanche ? Alors que Jacques dit cela en 2:10-11!               Merci a vous.

 Bonjour voici la réponse d'un frère à ce sujet (et je partage son point de vue):

Pour l'observation du Shabbat, Jésus n'est pas venu abolir mais accomplir. Nous ne sommes plus sous la loi,  Jésus-Christ est venu accomplir la loi. La loi fut donnée a Israel par Moise.

Le jour du sabbat symbolise le jour ou le Seigneur Jésus a tout accompli, en fait cela symbolise le repos qui est disponible en Jésus, le repos spirituel. Dans Colossiens 2:16 l'apôtre Paul dit : "Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats: c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ." Le sabbat, entre autres, était l'ombre des choses à venir. Depuis la nouvelle alliance nous ne sommes plus obligé d'observer le sabbat, que ce soit le samedi pour les juifs comme le dimanche pour les catholiques, protestants etc. eux sont encore dans le légalisme. Jésus dit dans Matthieu 11:28 "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos." Un autre exemple du repos spirituel dans Hébreux 4:9 à 11. " Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d'entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance." Dans ce passage il n'est pas dit d'observer un jour de shabbat. Christ est la fin de la loi (Rom 10:4).

Ex : Vous dites avec affirmation que «pour l'observation du Shabbat, Jésus n'est pas venu abolir mais accomplir, » et un peu plus loin vous dites « depuis la nouvelle alliance nous sommes plus obligé d’observer le Sabbat…. »

Après une relecture des références bibliques citées ci-dessus je n’ai pas la même certitude :     Si Jésus n’est pas venu pour abolir mais pour accomplir ? Mais pour accomplir quoi ? La volonté de son Père ! Mais quelle est donc Sa Volonté ? Les dix commandements ! En Col 2:16, le mot sabbat est écrit au pluriel et non au singulier contrairement à celui dans Exode 20:8. Paul faisait, d'après moi, allusion aux fêtes prescrites par Moïse pour le vrai culte de Dieu. Rien à voir avec le sabbat dont-on fait allusion.

Dans le livre de Matthieu 19:17-19, Jésus dit au jeune homme riche :                                   « observe les commandements. » Il est vrai qu’Il commence à partir du verset 13 du chapitre 20 du livre d'Exode, Il aurait pu aussi bien commencer à partir des versets 3,4,7 ou 8 ! Dans la Bible de Jérusalem dont je me sert pour étudier Jésus dit cela en Mt 11: 28 : «Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. »Il ne parle pas de ‘’jour de repos’’ mais de ‘’soulagement’’. Concernant Hébreux 4:9-11il est écrit : « c’est donc qu’un repos, celui du 7e jour, est réservé au peuple de Dieu. » Il est donc clair, selon moi, que ce commandement est toujours d’actualité ! Au verset 10 Il est dit : « car celui qui est entré dans son repos lui aussi se repose de ses œuvres comme Dieu des siennes. » Ce qui signifie, toujours selon ma compréhension, qu’au travers de la nouvelle alliance, un nouvel aménagement est proposé aux chrétiens concernant le jour de repos. En d’autre terme, le sabbat peut-avoir lieu à n’importe quel autre jour de la semaine pour les chrétiens qui ne peuvent pas l’être au 7e jour. Voilà pourquoi il précise et termine au verset 11 : « Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que nul ne succombe, en imitant cet exemple de désobéissance. » Au tout début du chapitre 4 au verset 1er, il est bien dit : « Craignons donc que l’un de vous n’estime arrivé trop tard, alors qu’en faite la promesse d’entrée dans son repos ‘’reste en vigueur’’. » Ce qui ne contredit pas ce qui est écrit en Col 2:16 mais également ce que est confirmé en Jc 2:10-11 : « si l’on commet un écart sur un seul point, c’est du tout qu’on devient justiciable. » En conclusion, c’est un devoir et une obligation pour tout chrétien de respecter le Sabbat.. 

Dans FranceTV info 

Du 26 novembre 2015 

Mariage des homosexuels autorisé chez les protestants :                                                                           "On ne peut pas prendre la Bible au pied de la lettre." 

Le pasteur Laurent Schlumberger, président de l'église unie de France, revient sur la décision de son Eglise d'autoriser la bénédiction des couples gays ; L'Eglise protestante unie de France (EPUdF) a décidé de permettre aux couples homosexuels de recevoir une bénédiction s'ils le désirent. 

L'EPUdF a annoncé cette ouverture à la fin de son synode qui se tenait à Sète (Hérault), dimanche 17 mai. Si l'EPUdF est la principale Eglise protestante de l'Hexagone avec 110 000 membres actifs revendiqués, d'autres branches du protestantisme ne sont pas concernées. D'ailleurs, depuis l'annonce de cette ouverture, l'EPUdF reçoit certaines critiques. Le Conseil national des évangéliques de France (Cnef) a notamment qualifié cette décision de "consternante". Francetv info revient sur cette initiative avec le président de l'EPUdF, le pasteur Laurent Schlumberger. 

Francetv info : Pourquoi avez-vous choisi d'ouvrir la bénédiction de votre Eglise aux couples homosexuels ? 

Laurent Schlumberger : Depuis longtemps, notre Eglise cherche à mieux partager ses convictions, en allant à la rencontre de nos contemporains. Il s'agit de prêter attention à ce qui se passe autour de nous dans la société. Ensuite, la réflexion sur cette question a été relancée il y a deux ans avec l'adoption de la loi Taubira et les débats autour du mariage pour tous. Nous nous sommes dit que, si certaines personnes venaient nous demander une bénédiction après s'être mariées en mairie, il nous fallait pouvoir apporter une réponse. Nous avons donc organisé un débat, pas sur l’homosexualité, mais sur la manière de répondre à ces demandes. 

Comment cela va-t-il se dérouler au sein de votre Eglise ?

Un couple souhaitant une bénédiction pourra simplement aller voir le pasteur de sa paroisse pour en parler. Ensuite, ce sont les conseils presbytéraux (6 à 15 personnes élues par l’assemblée générale de la paroisse) qui décideront de répondre positivement ou non à cette demande. Ils ont la possibilité de refuser, car rendre les choses contraignantes n'est pas dans notre logique. L'EPUdF n'impose pas un magistère de haut en bas, mais fonctionne dans une logique de liberté et de responsabilité.

Concrètement, le mariage n'est pas un sacrement chez les protestants, donc il s'agit simplement de bénir une union civile. Comme pour les couples hétérosexuels, cette bénédiction pourra prendre des formes très libres en fonction du couple et de sa discussion avec le pasteur. Dans la forme, il n'y aura pas beaucoup de différence avec un mariage au sein de l'Eglise catholique.  

Les chrétiens qui s'opposent à une ouverture sur le mariage homosexuel avancent souvent que la Bible s'oppose à l'homosexualité. Que leur répondez-vous ? 

De manière factuelle, quand on lit la Bible, on s'aperçoit qu'elle parle très peu d'homosexualité, mais qu'effectivement elle en parle toujours de manière négative. A l'inverse, le couple entre un homme et une femme est valorisé. 

Pour autant, est-ce que la Bible est un code de la route qu'il faut prendre au pied de la lettre ? Si c'est le cas, il faut rétablir l’esclavage ou la polygamie. Peut-on considérer les données de la Bible sur l’homosexualité comme immuables ou faut-il au contraire les lire dans leur contexte historique ? Tout le monde interprète la Bible, même ceux qui affirment ne pas le faire.  

Pensez-vous que l'EPUdF peut influencer les autres Eglises ? 

Ce n’était pas notre intention, on ne s’est pas dit qu’on allait faire la leçon aux autres. Il est sûr que ce débat agite tout le monde, il suffit de voir la passion lors des débats autour de la loi Taubira. Notre position ne va sans doute pas obliger l'Eglise catholique à bouger, mais, comme le soulève l'éditorial du journal La Croix, cela va nécessairement entraîner une réflexion. 

Nous allons par ailleurs poursuivre le dialogue avec les autres Eglises. Je vais leur écrire cette semaine pour leur donner le texte de notre décision et leur donner des clés d’interprétation afin d'éviter les incompréhensions.

Sur le même sujet : L’Irlande adopte le mariage homosexuel. Les Irlandais se prononcent pour ou contre le mariage homosexuel. Référendum historique sur le mariage des homosexuels. L’église protestante unie de France autorise la bénédiction des couples homosexuels. Le Premier Ministre du Luxembourg a épousé son compagnon, une première dans l’UE.

Ex : A la troisième question de Francetv info, il répond : Pour autant, est-ce que la Bible est un code de la route qu'il faut prendre au pied de la lettre ? Si c'est le cas, il faut rétablir l’esclavage ou la polygamie. Peut-on considérer les données de la Bible sur l’homosexualité comme immuables ou faut-il au contraire les lire dans leur contexte historique ? Tout le monde interprète la Bible, même ceux qui affirment ne pas le faire.

Même si d'autres branches du protestantisme ne sont pas concernées et que le conseil national des évangéliques de France (CNEF) a notamment qualifié cette décision de "consternante", l'interprètation qu'ils font de la Bible n'est pas moins exemplaire. Enfin bref, il faut-être incroyablement stupide ou fils du père du mensonge pour remettre en question, la Parole du Très Haut !  

                                                                                                                                                                                                                     Roger Noucha